T comme train...

Publié le par Annie

Lorsqu'André racontait ses souvenirs, tout tournait autour des gares et des trains.

Il racontait qu'il avait traversé l'Allemagne en long et en large. Il décrivait les trains éventrés par les bombardements, des déraillements horribles, avec des wagons encastrés les uns dans les autres... Les transports dans des wagons à bestiaux, pendant des jours et des jours, ne sachant pas où il allait, quelquefois, les trains revenaient sur les voies dans le sens inverse...

Et il ne savait plus où il était. Bien sûr il n'était pas seul. D'autres prisonniers subissaient le même sort.

Lors d'une évasion, il avait pris un train pour se sauver. Mais il s'est retrouvé à "Petaouchnov" comme il disait, car il ne savait pas bien lire l'Allemand !

Il racontait qu'il avait vu des enfants, abandonnés dans les trains, dont les parents avaient été tués dans un bombardement...

Je n'aimais pas prendre le train lorsque j'étais enfant. J'avais peur. Des gares, du bruit, des trains, des sifflets et même des compartiments, où il faisait chaud, ou bien froid et une odeur de tabac froid écoeurant.

En prenant de l'âge, je me suis aperçue que ce dégoût me venait des histoires de guerre de mon père.

Publié dans Challenge2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

click here 14/09/2017 13:32

Think of your document in an didactic placing is actually known because "official book" is usually soporific by disciples, academy trees, flicker analysts to do the tasks.